octobre 27, 2021

Dans la tête d’un entrepreneur

L’Avant SkillX

Pendant huit ans, j’ai travaillé dans une très belle entreprise dans laquelle j’ai pu apprendre énormément de choses que ce soit d’un point de vue professionnel ou personnel. De ces huit années, je retiens particulièrement trois années incroyables qui se sont matérialisées par un nouveau type de management insufflé par le CEO de l’époque. 

Certains collègues et moi arrivions enfin à mettre un mot, une définition sur ce qui représentait à nos yeux l’entreprise idéale : une entreprise où l’humain serait la clé, où toute personne pourrait s’exprimer sans crainte, sans jugement. Cette entreprise allait permettre à toute personne ayant un projet, une envie, un rêve de s’exprimer et par sa seule force de conviction, par son leadership de se mettre en action et de se réaliser ! En bref, chacun allait prendre plaisir à travailler tout en grandissant et en faisant grandir SON entreprise. 

Finalement , grâce à ce changement de paradigme, les luttes de pouvoir et guerres intestines allaient enfin disparaître au profit du partage, de l’empathie, de l’écoute des projets de chacun et du projet d’entreprise. La notion d’”intrapreneuriat” prenait tout son sens ! 

Nous venions de découvrir l’“Entreprise libérée”! 

Cette période a été pour moi l’occasion de me découvrir, de grandir et de m’épanouir comme jamais auparavant. Le travail était source de plaisir même dans les moments difficiles. Ces derniers s’apparentaient aux entraînements d’un sportif, prêt à tout donner, conscient que ses efforts allaient lui permettre de s’améliorer et de grandir. Ce sportif se sent progresser, être un élément important de l’équipe, il a un but pour lequel il est prêt à se sacrifier.

La naissance du projet

Malgré mon enthousiasme à y travailler, j’ai commencé fin 2018, à avoir des doutes sur mon avenir dans cette entreprise, doutes liés à de nombreux changements inhérents à toute entreprise d’une certaine taille. J’ai alors démarré une longue introspection personnelle, à renfort de yoga et de méditation. 

À force de réflexion,  je me suis demandé ce qui était le plus important pour moi : mes rêves d’enfants, ces projets que j’avais en tête alors que j’étais étudiant, avant même de rentrer dans la vie active. 

Peu à peu, j’ai rencontré des personnes qui m’ont inspiré et rassuré. Je pense notamment à Guillaume Petitfrère, Thierry Chantreaux, Kevin Martin et bien d’autres. C’est ainsi qu’une idée a commencé à germer et faire son chemin…

Cela se prononce SKILL-X. Ma compagne et moi avons mis quelques jours avant de trouver la bonne prononciation. Une fois celle-ci trouvée, c’est devenu une évidence 🙂 ! SKILLX se veut un mélange de compétences par le terme “skill” (compétence en anglais) et d’innovation (le X) qui est tout simplement une inspiration venant de l’entreprise SpaceX créée par Elon Musk, ce génie du XXIème siècle. Cependant, contrairement à Elon Musk, nous ne voulons pas conquérir Mars mais la Terre ! 
Par principe toutes les entreprises de la Tech se veulent innovantes mais chez nous l’innovation se retrouve aussi dans notre modèle organisationnel. C’était une évidence que ma première vraie entreprise serait une entreprise libérée !
Comme expliqué précédemment, l’entreprise libérée est le type d’entreprise dans laquelle j’ai pris le plus de plaisir et d’énergie auparavant, alors comment faire autrement pour créer la mienne? 

Parallèlement, j’ai lu beaucoup de livres autour de l’entrepreneuriat, du développement personnel, des entreprises libérées. De cette période de réflexion intensive,  je retiens qu’il faut s’entourer uniquement de personnes positives et s’armer de courage car c’est bien plus simple de s’accrocher à ses peurs qu’à ses rêves… Fuyez les pessimistes 🙂 ! 
Puis le moment est venu : j’ai décidé de faire le grand saut et de créer MON ENTREPRISE ! 
C’est ainsi qu’est né SKILLX, le 11 octobre 2018. 

C’est donc sur cette intention que j’ai créé SKILLX, avec l’ambition que chaque collaborateur y soit lui-même, retire autant que possible son “masque professionnel” et puisse s’épanouir, s’accomplir et performer tout en aidant l’entreprise à en faire autant

SkillX  : Année 1

La première année peut être représentée comme une page blanche ! Tout se met en place :  la structure d’un point de vue administratif, on écrit son A4 pour mettre sur papier son projet, ses valeurs, les services que l’on souhaite adresser et la promesse. Finalement, on couche sur papier la vision que l’on a et le problème que l’on souhaiterait résoudre à travers cette entreprise. 

 Après avoir fait cela, on prend son bâton de pèlerin et on va prêcher SA bonne parole, en espérant être crédible. On rode son discours, on le met à l’épreuve, tout cela face à son réseau le plus proche. On se rend vite compte que certains ne nous prennent pas au sérieux, d’autres nous encouragent en se disant intérieurement “quel fou !” 🙂 et d’autres se disent “pourquoi pas !”.  Dans ces moments, on se sent un peu seul, je dois l’avouer. 

Ce qui permet de garder espoir ce sont les rencontres avec des personnes qui sont passées par là et qui aujourd’hui ont réussi. Ces personnes vous racontent leurs histoires, vous montrent qu’il faut persévérer, vous motivent et en général ne sont pas avares de conseils et d’anecdotes qui vous prouvent que c’est possible ! 

C’est un process long, il faut être prêt à en payer le prix.

Finalement, un beau jour,  un peu comme par magie, on sent que la crédibilité s’installe et des personnes bienveillantes vous font rencontrer leurs réseaux. Le projet commence à intriguer et pourrait même donner envie ! 

Le site internet fait par un stagiaire sort tant bien que mal (en fait toujours « quick and dirty » au début), il donne forme au projet tout comme la page Linkedin ! On devient visible, presque palpable. À ce moment, des sollicitations concrètes arrivent et les choses s’enchaînent. 

Et quelques mois plus tard, trois SkillXmates arrivent ! Les premiers à signer une promesse d’embauche sont William, un jeune burkinabé fraîchement diplômé, Seb et Jean deux anciens collègues.

Au recrutement de William j’éprouve une certaine fierté car c’est un jeune immigré africain qui est arrivé pour faire ses études en France tout comme moi vingt ans en arrière.  L’accompagner pour son premier job et pour l’obtention de son titre de séjour en tant que travailleur a été une véritable fierté. J’ai éprouvé le sentiment d’avoir, d’une certaine façon, rendu un peu à mon continent natal ce qu’il m’a donné. Et j’espère que ce n’est que le début ! 

Ensuite, Seb a été le second à me faire confiance. La particularité avec Seb, c’est que j’ai été son manager avant de quitter ma vie de salarié. Il a été un des premiers à croire à mon projet d’entreprise Humaine dans la tech ! Pour cela je lui serai toujours reconnaissant ! D’ailleurs, il a incité Jean à nous rejoindre quelques mois plus tard.  

J’ai pu sentir chez Jean qu’il adhérait au projet et que SKILLX pouvait être un environnement dans lequel il s’épanouirait. 

Fin 2019, nous sommes quatre. Nous parions sur une recrue en interne pour nous accompagner sur le recrutement et sur la communication. L’année 2019 est une année totalement réussie ! Moi qui avais pour ambition de recruter trois personnes, j’en ai recruté quatre !! Cela peut sembler rapide, mais au fond de moi, je savais que c’était faisable… 

Et évidemment, c’est un travail d’équipe ! 

SkillX  : Année 2

En 2020, nous avons plein de rêves, de projets pour développer l’entreprise. Très rapidement, nous recrutons deux profils : Pierre et Fred. Et là… Le COVID nous tombe dessus : coup d’arrêt pour SkillX et pour toutes les entreprises. 

Première grosse épreuve ! Allons-nous survivre au confinement ? 

Mais ce coup dur révèle une belle surprise : je vois que toute l’équipe est mobilisée et fait des efforts pour rester soudée. Certains retardent leur arrivée dans l’entreprise pour ne pas asphyxier l’entreprise économiquement (quelle classe !), d’autres se proposent de poser des congés/ RTT sans  que cela soit imposé. Certains en chômage partiel travaillent gratuitement pour leur client afin de témoigner de leur mobilisation et de leur amour du client. Arrive ensuite Antoine en avril, en plein confinement. Il en profite pour se former et prend l’initiative de mener des sujets en interne sans demande particulière de ma part. 

Tous se forment pour passer des certifications.  Nous gardons des moments de convivialité :  apéros en ligne avec les Skillxmates et leurs familles (même si cela reste difficile malgré les technologies de visioconférence). Certaines fois, nous faisons du sport ensemble, toujours à distance, parfois des jeux en ligne… 

Au sortir du confinement, tous retrouvent leur mission et pour ceux arrivés pendant la crise, les missions se concrétisent rapidement. 

Je retiens qu’en cas de crise, la qualité des profils fait la différence. Le talent des SkillXmates se mesure tant sur leurs savoir-faire que sur leurs savoir-être. 

Durant cette crise, j’ai vécu un événement plus difficile à gérer émotionnellement  que le confinement : j’ai malheureusement dû me séparer d’un collaborateur. Ce genre de décision fait partie de mes responsabilités et bien qu’étant dans une entreprise Humaine, il est parfois nécessaire de prendre des décisions difficiles pour rester aligné avec les ambitions du projet.  

Malgré cela, nous sommes restés concentrés sur l’objectif humain en termes de recrutement : nous voulions  être dix SkillXmates fin 2020 ! Nous n’avons pas chômé et avons continué à travailler, communiquer, rencontrer de potentielles recrues (en ligne), élargi notre réseau d’entreprises amies,…

Aujourd’hui, l’objectif est quasiment atteint : le 5 octobre 2020, trois nouveaux SkillXmates ont rejoint l’aventure ! Ces nouvelles arrivées interviennent six jours avant la célébration des deux ans de l’entreprise. Nous sommes maintenant neuf SkillXmates. 

Frédéric qui devait nous rejoindre en mars, avait décidé de lui-même, de décaler son arrivée pour ne pas impacter l’entreprise, ce geste m’avait énormément touché et je savais que je devais tout faire pour qu’il nous rejoigne dès que possible et coûte que coûte. Je me suis senti chanceux d’avoir ce type de personne avec nous. Sa mission a démarré début octobre. Romain, un des mes étudiants en master Réseaux et Sécurité de l’Université de Valenciennes, ainsi que Julie, entrepreneure et baroudeuse dans l’âme nous ont également rejoints la même semaine. Quel beau cadeau, n’est-ce pas ? 

À l’approche de notre réunion mensuelle d’Octobre, Julie m’a rappelé que SKILLX allait avoir 2 ans ! En effet, tellement absorbé par le quotidien, j’avais quasiment oublié cet événement majeur. Il fallait tout de même marquer cette date importante et fédérer l’équipe autour de cet anniversaire. 

Au-delà des SkillXmates, il était important d’intégrer dans cet événement nos clients et partenaires afin qu’ils puissent mieux nous connaître et comprendre nos motivations profondes. 

Pour cette occasion, quoi de mieux que de faire intervenir une personne inspirante qui partagerait notre rêve d’une entreprise plus Humaine et surtout l’auteur d’actions incroyables ? C’est tout naturellement que nous avons alors pensé à Jean François ZOBRIST, ancien CEO de FAVI, une entreprise du Nord qui fabrique des pièces pour les plus grands constructeurs automobiles (Audi, Tesla, …). 

Jean François a libéré FAVI  il y a plus de 30 ans. Durant cette période, l’entreprise a connu des performances incroyables : +20 à 25% de cash flow pendant 20 ans, du jamais vu dans ce secteur ! 

Ce monsieur très sympathique et très humble, d’un certain âge semble, aux premiers abords, un Monsieur tout-le-monde. Mais dès lors qu’il entre en scène, il dégage un leadership et une puissance incroyables ! Toute l’après-midi, il nous a inspirés, nous a exprimé son amour des Hommes (salariés et clients), de la performance, son rêve : voir les entreprises prendre soin de leurs hommes  !

Pour ma part, son intervention a confirmé une fois de plus mon envie de bâtir une entreprise différente des standards habituels. Je retiens de son discours que la confiance est la base de toute relation et que “l’Homme est bon”.

Suite à son témoignage, une question dans l’assistance : 

« Comment fait-on pour libérer son entreprise ? Vous vous démerdez !  » 

Cette réponse qui peut paraître surprenante est pour moi un acte de management fort. Il n’y a pas de manuel, de méthode toute faite. La libération implique de faire des tests, d’essayer et parfois de se tromper.

Pensez-vous qu’un manuel pourrait enseigner comment animer les Hommes ? Surtout dans nos sociétés actuelles, nous sommes bien trop différents et complexes non ? 

Je suis convaincu que seules les actions basées sur une intention positive comptent ! À chaque entreprise d’écrire son histoire ! À nous SKillxmates de continuer à écrire cette histoire. 

En écrivant cet article, je réalise qu’en rencontrant Jean-François Zobrist, d’une certaine façon, j’ai concrétisé un autre de mes rêves : 5 ans auparavant je lisais des livres et regardais des vidéos narrant ses exploits ! Jeudi dernier, il était là, avec nous, intervenant pour SKILLX…

Wouah ! Incroyable !   

Fondateur à | Plus de publications

Je suis Olivier, j'ai créé SKillX en octobre 2018.
SkillX est une société de conseil en informatique basée sur un management libéré où les collaborateurs peuvent prendre un maximum de décisions en toute responsabilité. L'objectif est que chaque SkillXmate puisse être lui même. Notre raison d'être est "Be yourself and let's build the future."
Au delà delà sphère professionnelle je suis passionné de basket-ball depuis l'âge de 8 ans et depuis quelques années je me suis mis à la course à pieds et j'aime découvrir de nouveaux sports.

Olivier ANDOH

Je suis Olivier, j'ai créé SKillX en octobre 2018. SkillX est une société de conseil en informatique basée sur un management libéré où les collaborateurs peuvent prendre un maximum de décisions en toute responsabilité. L'objectif est que chaque SkillXmate puisse être lui même. Notre raison d'être est "Be yourself and let's build the future." Au delà delà sphère professionnelle je suis passionné de basket-ball depuis l'âge de 8 ans et depuis quelques années je me suis mis à la course à pieds et j'aime découvrir de nouveaux sports.

Voir tous les articles de Olivier ANDOH →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *